« ARB » à l’école primaire, the sooner the better !

dimanche 13 février 2011


Apprendre une langue tôt à l’école ne garantit pas une meilleure maîtrise.


La question des langues vivantes en primaire a fait l’objet d’une table-ronde organisée à Expolangues par l’APLV et le magazine l’Etudiant, mercredi 2 février à 10h. Animée par Emmanuel Davidenkoff, elle a réuni entres autres J. Aden, M. Candelier et L. Audin.


La dépêche AFP du 02/02/2011 reprend les principales idées développées par les participants :


L’apprentissage précoce d’une langue en milieu scolaire, y compris dès la maternelle, ne garantit en rien sa maîtrise ultérieure dans les conditions d’enseignement actuelles, ont estimé chercheurs et spécialistes des langues à l’école, mercredi au salon Expolangues à Paris. Lire la suite de la dépêche.


--------------


ARB à l’école primaire ? The sooner, the better !


Le langage permet de créer du réel pour le faire partager à autrui. Comment aider les élèves à maîtriser le plus tôt possible les opérations logiques indispensables pour s’exprimer ? Comment aider les enseignants à exploiter les concepts essentiels et les démarches rigoureuses qui les accompagnent ? Comment ces outils didactiques peuvent-ils donner du sens aux activités scolaires et améliorer les résultats en orthographe, en anglais, en mathématiques ?


Le projet INRP "Anglais, français, mathématiques : comment faciliter la cohérence des apprentissages le plus tôt possible ? Des outils conceptuels transversaux au service des disciplines à l’école et au collège" apporte des réponses théoriques. La recherche interroge la perspective actionnelle et la notion de tâche en ré-introduisant la dimension énonciative du langage et en affirmant sa fonction symbolique.


L’expérimentation en classe fait ses preuves semaine après semaine dans le cadre d’un dispositif pédagogique intitulé "Réfléchir et agir avec la langue".


Line Audin


Consulter en ligne l’intervention de Line Audin.


 


Commentaires