ÊTRE, un relateur à part : interventions du 11 mai 2007

lundi 25 février 2008

ÊTRE, un relateur à part

résumé des communications


Journée d’étude du 11 mai 2007 - Paris

1- Des valeurs de « être » à la notion d’égalité en mathématiques (Line Audin)

 
JPEG - 45.3 ko
L. Audin Paris mai 2007


Dans la démarche dite « ARB », les trois places correspondent aux notions qui sont évoquées dans la réalité. L’élément A est mis en relation avec l’élément B grâce à R (qui correspond dans la langue à un verbe).


Contrairement aux autres verbes à sens plein, « ÊTRE » est une excellente illustration du rôle de R en tant que simple relateur qui tire sa valeur de l’élément B. Attribuer une valeur à R copule en fonction du B qui lui est associé oblige à se poser la question du lien langue (marqueur)/réalité (valeur notionnelle).


Comment classer la multitude d’informations portées par B ? La démarche présentée vise à mettre en lumière les trois valeurs de ÊTRE et faire émerger les liens entre la copule et le signe = en mathématiques.

2- « être » et « avoir » en français : les erreurs des élèves (Colette Maurellet)


Nous avons fait l’hypothèse que différencier « être » et « avoir » en français constitue un obstacle trop souvent méconnu. Présentation des résultats de deux tests proposés à un échantillon d’élèves de 6e, portant l’un sur l’identification de ces verbes dans des énoncés oraux, l’autre sur l’identification et le choix de la graphie correspondant au verbe et à sa personne. Analyse de l’origine de confusions nombreuses et parfois surprenantes.

3- Mise en évidence et appropriation des valeurs de BE en cours d’anglais en 6e (Michel Moulin)


En liaison avec les activités effectuées en cours de français et d’anglais relatives aux valeurs de "être" à partir du schéma ARB, M.Moulin montre comment les élèves de 6e peuvent s’approprier les 3 valeurs fondamentales de BE en utilisant la langue anglaise (processus cognitifs d’acquisition et de réflexion). Il a également présenté les techniques de localisation et de décodage des éléments linguistiques de base d’un énoncé, à savoir opérateurs (be, have, do, modaux), marqueurs de la détermination verbale et nominale, en particulier en compréhension orale, en insistant à nouveau sur l’aspect cognitif des phénomènes d’apprentissage.

4- L’égalité en mathématiques (Jean-François Clair)


La valeur d’identité de « être » a permis de pointer des difficultés dans la compréhension des élèves pour des choses qui paraissent pourtant tellement évidentes : quelle signification a le = de 5+4=9 ? Et de 5/10 = 1/2 ou de 0,5 = 1/2 ? Et dans une équation ?



Portfolio

Conférence de Line Audin - mai 2007

Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique