Conférence de Danielle Bailly

lundi 2 juin 2008

Est-il indispensable pour l’apprentissage de faire découvrir aux élèves, derrière les mots de la communication, la stabilité des notions logiques ?

En commentant la raison d’être du titre de cet exposé, on tentera d’abord d’argumenter la pertinence d’un "détour" réflexif permettant aux élèves de mieux maîtriser les enjeux scolaires d’ordre pragmatique (ex. apporter des réponses adaptées à une situation-problème en surmontant les obstacles, traiter efficacement de la référence) ainsi que les moyens symboliques (ex. les signes de la langue, munis de leurs propriétés, valeurs et relations, qui en éclairent la compréhension et l’utilisation correcte) au service de ces enjeux. On illustrera ce point par un exemple pris dans chacune des trois disciplines (anglais, français, mathématiques).

 

On situera ensuite cette approche au sein d’un courant spécifique, qui marque la modernité didactique, en retraçant son histoire et les étapes de son évolution, et, complémentairement, en évoquant les courants "cousins" - français, européens, anglo-saxons -, preuve d’une certaine unité de pensée (cognitiviste, "constructiviste") sous-jacente à toutes ces recherches pédagogiques.

 

Le troisième point sera constitué par l’analyse plus précise et systématique des "positivités du aRb", à la lumière notamment des différents textes et rapports de recherche INRP rédigés par Line Audin et son équipe depuis une décennie.

 

On terminera ce bref survol par une évocation des thèmes saillants issus d’une observation pluri-disciplinaire directe et récente de "classes aRb", afin que soit abordée, en toute authenticité, la question du lien entre principes théoriques et application pratique à l’école même, dans la réalité "tout-venant" des classes, et ce, avec une particulière attention portée à l’aide offerte par cette approche aux élèves en difficulté.


 Quelques publications de Danielle Bailly dans le domaine de la didactique des langues

Commentaires