La grammaire allemande vue par Katharina Seutemann

dimanche 8 février 2015
par  ARB



La grammaire allemande vue par Katharina Seutemann


 Line Audin



Vendredi 20 février 2015, à l’Université Humboldt de Berlin, dans le cadre du séminaire de philologie classique du Professeur Bianca Liebermann, Katharina Seutemann présentera son projet de grammaire allemande à des étudiants en doctorat.


Rigueur, pertinence, originalité sont quelques unes des qualités qui m’ont frappée lorsque, un peu par hasard, j’ai poussé la porte du cours d’allemand de Katharina Seutemann.


D’origine allemande, Katharina vit en France où elle enseigne l’allemand à un public d’adultes depuis près de vingt ans. Son projet pédagogique est à la fois simple et titanesque : intriguer, intéresser, impliquer son auditoire ou ses lecteurs, en établissant des liens entre différentes langues, entre les phénomènes linguistiques et des thématiques extra-linguistiques (cinéma, actualité, histoire, géographie, folklore, vie quotidienne, mythes…).


« Deutsch nach Englisch, Französisch, Latein+Griechisch », le titre n’est pas encore définitif mais ce qui importe, c’est que la découverte du fonctionnement de la langue allemande s’appuie sur une présentation comparée de la phonologie, du lexique et de morphosyntaxe des quatre autres langues : le français[1], l’anglais, du fait de sa parenté linguistique, mais aussi le latin et le grec pour des raisons historiques. Chaque langue éclaire par ses ressemblances ou ses différences le fonctionnement de la langue cible.


Une grammaire pas comme les autres donc, qui ne s’attache pas à prescrire ou à décrire, mais qui invite l’utilisateur, qu’il soit débutant ou confirmé, à jouer au détective, en cherchant les indices qui, d’une langue à l’autre, vont lui ouvrir des pistes pour mieux s’approprier un système différent. Quel est le point commun entre Der Erlkönig, Lord of the Rings, la construction des verbes de perception et la proposition infinitive ? Quel rapport entre le mot « pain » (dans les cinq langues), la femme de Louis XVI, Hunger Games et une affiche de 1932 de propagande pour Hitler ? Comment plonger grâce à l’étude des jours de la semaine dans l’univers des dieux et s’inviter chez Wotan avec un extrait filmé de Das Rheingold. Non, sa méthode n’est pas banale, loin s’en faut, mais ses étudiants en redemandent. Promenade linguistique et culturelle que chacun peut mener à son gré, à son rythme, en passant d’une langue à l’autre, d’une culture à l’autre, en savourant tel chapitre, en sautant tel autre, en fonction de ses besoins, de ses envies, cette approche séduit ou rebute, mais ne laisse personne indifférent. D’ailleurs la fidélité témoignée par la majorité des élèves plaide en sa faveur ; certains suivent les cours depuis très longtemps, avec une assiduité et un enthousiasme qui ne s’érodent pas.


Une grammaire, sans tabous, parfois provocatrice, mais toujours dans le respect de l’autre, qui suscite le débat et donne envie de comprendre, d’apprendre.


Une grammaire « éthique qui s’adresse à tous » selon Katharina. Souhaitons-lui de mener son projet à terme !


Line Audin


Paris, 8 février 2015




[1] Cette grammaire s’adresse à l’origine à un public de francophones.


 


Portfolio

PNG - 47 ko

Commentaires

Logo de Sylv.
mercredi 18 février 2015 à 10h05 - par  Sylv.

Je fais partie de ceux qui suivent depuis quelques temps les cours proposés par Katharina.

Cette approche très originale de la grammaire allemande nous permet également de réviser ou d’approfondir nos connaissances en anglais ou en latin. De même qu’elle nous permet de mettre en perspective diverses civilisations.

Vous avez bien raison en parlant de détective dans votre article. Il me manque parfois la loupe de Sherlock Holmes !

Mais surprise et intérêt sont présents en fin de compte.